Nombreux sont les luthiers (européens et américains) qui se tournent vers les guitares classiques double-tables. Il est vrai qu’il y a une certaine proximité dans la construction de guitares traditionnelles et celle de double-tables. Et en effet, on peut penser que pour produire une double-table et profiter d’un volume supplémentaire, il suffit de remplacer la table avec une table en sandwich utilisant du Nomex et que le tour est joué ! Et bien que nenni, parmi les DT que nous recevons 3 sur 4 repartent chez leurs concepteurs, soit par défaut de puissance, soit par l’absence de maîtrise du timbre de la guitare.

Nous avons reçu pas mal de sollicitations de luthiers qui nous ont présenté leurs réalisations et voici quelques unes de nos réflexions:

  • un exercice pas si facile que cela !

En examinant les guitares double-tables que nous avons reçues,  force est de constater que  cela n’est souvent qu’une demi-réussite . Si le volume est là dans le meilleur des cas, on note une absence de couleur sonore car  la dynamique de projection prend le dessus sur la longueur des notes. Dans le pire des cas, l’on entend un gros départ de notes, une sonorité assez sèche et un sustain court. La couleur sonore est souvent assez neutre sans travail sur la matière. Une belle couleur sonore pour nous c’est avant tout en fonction du choix du luthier, de la rondeur et de la chaleur ou une épaisseur sonore des notes ou des aigus cristallins à l’inverse avec un long sustain et une belle séparation des voix.

  • le  poids de la table et de la guitare comme élément déterminant

En comparant ces nouvelles DT avec celles de nos luthiers reconnus, la premier constat est que bien souvent les tables et les guitares dans leur ensemble sont trop lourdes. Les tables comme celles de Gernot Wagner et de Matthias Dammann  ne dépassent pas 2.5 mm d’épaisseur en comprenant le deux couches de cèdre et le Nomex ou Balsa et le poids de leur guitare au total doit rester en dessous de 1.6 kg. Il faut trouver la juste épaisseur de chaque table et du Nomex pour garantir  par ailleurs la solidité de la guitare. Une telle économie de moyen exige un vrai savoir-faire qui demande plusieurs années d’expérience.

  • la nature du barrage est à réinventer

Parce que nous avons la chance de recevoir de nombreuses double-tables, nous avons constaté que le barrage est trés éloigné de celui d’une guitare traditionnelle. Certains maîtres luthier positionnent leur barrage de travers, d’autres utilisent du carbone pour alléger encore leur table. Fonctionnellement il assure un tout autre rôle que sur une guitare traditionnelle car c’est le Nomex qui assure en principe la stabilité de la table et non le barrage qui devient un élément pour ajuster la couleur sonore.

  • on ne mégote pas sur la qualité

Face à une telle économie de moyen, la qualité des bois devient primordiale, le dos et les éclisses, le manche et la touche, tout compte y compris la coupe des bois et les temps de séchage. Nous avons visité l’atelier de Gernot Wagner qui nous a montré comment la qualité des bois impactait la sonorité et la longueur de son.

En conclusion, parce que les DT, offrent une économie de moyen  implacable en matière de fabrication (faible poids, matériaux trés fins,..),  il faut plusieurs années d’expérimentation et une adhésion totale au concept pour trouver sa voie (et sa voix par ailleurs), seul les plus grands luthiers arrivent à des résultats.

Nous ne pouvons que vous conseillez de comparer les double-tables que vous pouvez trouver avec d’autres DT, sinon vous risquez de voir votre appétit musical s’émousser une fois passer la prise en main de votre instrument et du volume additionnel. Le volume seul ne suffit pas!

En ce qui nous concerne, sur la petite quinzaine de double-tables que nous avons reçues et testées à ce jour, nous avons limité notre choix à quelques trés bonnes DT qui offrent surtout de belles couleurs sonores et bien sûr une puissance acceptable: Ceci dit nous attendons avec impatience une double-table d’un luthier français qui s’annonce prometteuse.

  • Dake Traphagen – Etats-Unis
  • Keijo Korelin – Finlande
  • Reza Safavian – Allemagne
  • Andreas Kirschner – Allemagne
  • Martin Blackwell- Canada

Tout reste à apprendre et sur l’échelle du temps les DT sont encore bien jeunes par rapport aux concepts de lutherie ‘Bouchet’ ou Torres.  Et cette idée nous remplit d’enthousiasme laisse augurer de belles découvertes à venir.

 

 

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez nos actualités, nos nouveautés et nos nouvelles vidéos